Nous utilisons des cookies pour vous garantir la meilleure expérience sur notre site. Si vous continuez à utiliser ce dernier, nous considérerons que vous acceptez l'utilisation des cookies. OK

Les idées reçues sur les auto-entrepreneurs

Souvent mal expliqué dans les écoles et universités, le statut d’auto-entrepreneur est peu compris des étudiants, également des fonctionnaires et relativement flou pour les gens en général. C’est pourquoi, les créateurs d’entreprises font souvent l’objet de nombreuses idées reçues et souffrent d’une image négative. En effet il est courant d’entendre que l’auto-entreprise n’est pas une “véritable” entreprise. Et pourtant plus d’un million de professionnels exercent une activité sous ce régime, dont plus de la moitié à titre principal. Voici, dans cet article, 7 idées reçues sur les auto-entrepreneurs.

1/ L’auto-entrepreneur n’est pas une véritable entreprise

Juridiquement, une auto-entreprise est une entreprise individuelle. Elle est en effet immatriculée au Registre du Commerce et des Sociétés ou au Répertoire des Métiers ou simplement au Centre de Formalité des URSSAF (CFE) pour les professions libérales, comme toute autre entreprise. L’auto-entrepreneur est soumis aux mêmes règles que tous les dirigeants d’entreprise. Ainsi il doit émettre des factures, payer ses impôts et ses charges sociales et peut être soumis à un contrôle fiscal. Il doit également endosser la responsabilité de ses actes financiers ou des erreurs commises auprès de ses clients, il lui est d’ailleurs conseillé de souscrire à une assurance responsabilité civile professionnelle pour se protéger. Les risques et les obligations sont les mêmes que ceux d’une “vraie” entreprise. D’ailleurs certains auto-entrepreneurs embauchent même des stagiaires.

 

2/ Les entrepreneurs sont surdiplômés

Tous les entrepreneurs ne sont pas surdiplômés, certains deviennent même entrepreneurs avec un niveau d’études inférieur ou équivalant au secondaire, voire même avec aucun diplôme. En effet il ne faut pas croire que toutes les créatrices et tous les créateurs d’entreprise sortent d’HEC ou d’une autre grande école de commerce. Le plus important dans cette aventure, qu’est l’entrepreneuriat, c’est d’avoir la motivation, l’ambition, la curiosité, l’expertise et le savoir-faire. Toutes ces compétences ne demandent pas Bac+8.

 

3/ Il faut beaucoup d’argent pour se lancer dans l’entrepreneuriat

Il peut être nécessaire, pour certains projets, d’avoir un apport par sécurité, comme par exemple les activités de commerce avec un fond et un stock ou une activité artisanale qui demande des équipements spécifiques et parfois très coûteux. Mais un investissement est loin d’être obligatoire, surtout pour certains secteurs d’activités de service, comme l’audit, le service à la personne, le conseil, le développement de stratégies marketing ou encore la téléassistance. Il faut savoir que 44% des entrepreneurs se lancent avec moins de 8 000€. Les frais liés à la création d’entreprise, comme l’étude de marché, le business plan les honoraires d’avocat ou encore les frais de publication, restent tout de même raisonnables pour des petits budgets. De plus si vous avez besoin d’un investissement, de nombreuses solutions et aides financières existent, comme les garanties d’emprunt bancaire par la Banque Publique d’Investissement, les financements participatifs ou encore les prêts à taux zéro…

 

4/ Les entrepreneurs recherchent avant tout la richesse

C’est loin d’être leur première motivation ! En effet les entrepreneurs sont souvent des personnes à la recherche de défis et de challenges à relever. À la fois curieux et indépendant, l’aventure de l’auto-entrepreneuriat est faite pour eux et c’est avant tout un challenge personnel, plus qu’une motivation financière. Beaucoup recherche aussi la flexibilité d’une meilleure répartition du temps de travail et du temps familial et de loisirs, chose qu’ils trouvent avec cette activité.

 

5/ Les entrepreneurs doivent tout faire eux-mêmes

Il est vrai que l’entrepreneur est le pilier du projet et le penseur dès le début de l’aventure. Au début le créateur peut facilement gérer tout seul et peut même avoir un peu de mal à déléguer. Mais si la société se développe davantage, celui-ci peut vite manquer de temps et de moyens pour tout gérer, ainsi il est essentiel que l’entrepreneur s’entoure de compétences, trouve de nouveaux modes de fonctionnement et externalise certaines tâches auprès de spécialistes : paie, comptabilité, communication, logistique ou encore service client… Un vrai gain de temps pour l’entrepreneur !

 

6/ Les entrepreneurs n’ont pas de compte à rendre !

Il est vrai que l’auto-entrepreneur n’a pas de patron, il est son propre patron ! En revanche les entrepreneurs doivent répondre aux besoins de leurs clients qui exercent de ce fait une pression, même si ce n’est pas un commandement, il doit leur rendre indirectement des comptes. La relation clientèle étant essentielle au développement de l’entreprise, il faut la préserver et faire en sorte que tout se passe bien pour les satisfaire au mieux et les garder comme clients.

 

7/ Il faut absolument trouver une idée de génie pour se différencier

C’est évident, il est important de se lancer dans un projet auquel on croit et tout faire pour remplir tous les objectifs fixés. Pour arriver à cela, il est préférable de faire en sorte que votre projet se démarque des potentiels concurrents, il faut donc trouver la valeur ajoutée, la bonne idée pour vous démarquer. Aujourd’hui, le nombre d’entreprises qui commercialisent un produit ou un concept 100% innovant reste faible. Ce qui est important de prendre en compte c’est la demande du marché, qui n’est peut-être
pas complètement comblé par l’offre existante. La plupart des marchés ne sont pas saturés et il y a de la place pour une offre par forcément nouvelle mais différente. Le but est de proposer une offre plus adaptée que celles déjà existantes. Faites une étude du marché et réalisez un business plan pensé de A à Z pour ne rien oublier. N’attendez pas forcément une idée de génie, mais essayez de bien comprendre les attentes du marché et de satisfaire la demande de vos clients.

Conclusion ? Mettez de côtés tous les préjugés que vous portez envers le statut d’auto-entrepreneur ! Il s’agit en réalité d’une voie professionnelle d’une mise en œuvre simple, qui ouvre de nombreuses portes et permet d’améliorer son confort de vie, si on s’en donne les moyens.
Et si on vous disait qu’avec Amexpert vous bénéficiez du développement d’un grand groupe tout en conservant votre autonomie ? En effet, en intégrant Amexpert vous profitez d’une formation qualifiante et de tous les outils opérationnels pour créer et développer votre entreprise sur un marché important et que le groupe exploite depuis déjà 10 ans. Notre modèle vous permet de réaliser, en quelques mois, le lancement de votre entreprise sur un marché porteur : le constat d’habitat en états des lieux.
Vous souhaitez en savoir plus ? N’attendez plus pour nous contacter !

Documents à télécharger

  • AUTO-ENTREPRENEURS : Tout-savoir sur les dispositions 2019 vous concernant

    Nous avons recensé les principales informations concernées par les évolutions apportées par le gouvernement au statut d’Auto-entrepreneur.

A découvrir également